Dialogue du 27/05/2021

image podcast
  • 27/05/2021
  • 18h00 - 19h00
  • 60min

Alors que l’avenir de la Nouvelle-Calédonie revient  dans l’actualité avec la perspective d’un  troisième réferendum, Christian Blanc, préfet,  ancien   secrétaire d’Etat chargé du  Développement de la Région capitale et  de la création du Grand Paris ,  qui  a dirigé notamment   la RATP et   Air France, est   l’invité   de Dialogue , une émission de Myriam  Lemaire .    Invité  aussi,  le Pasteur Jacques Stewart, ancien Président de la   Fédération protestante de France qui  a accepté de   participer depuis l’ Ardèche à   cet entretien .

 

Christian Blanc a été un acteur important  de l’histoire récente de la Nouvelle Calédonie,entre 1984 et les accords de Matignon de 1988.

Trente ans  après,il apporte un témoignage exceptionnel  sur    cette période mouvementée.

Son livre »La force des racines  Kanak en Nouvelle-Calédonie  « ( éditions Odile Jacob), qui se lit comme un roman,  est à la fois un récit historique et la chronique d’une aventure personnelle. Apportant de nombreux témoignages inédits,il  nous plonge au coeur des négociations entre les principaux protagonistes,métropolitains(Pisani,Rocard,Mitterrand) et calédoniens(notamment  Lafleur et les chefs kanak,Tjibaou et Yeiwéné).

Dans  l’ émission,    l’auteur présente   la Nouvelle Calédonie,  un territoire lointain  et  méconnu appelé le  » Caillou », situé  dans l’ océan Pacifique  ,habité par les Kanak et les Caldoches. La place importante    de l’église protestante  dans ce  pays  évangélisé de longue date, est   évoquée par    le Pasteur Jacques Stewart   qui  fut membre  de la  » Mission du  dialogue »   conduite par Christian Blanc   en Nouvelle Calédonie.  Composée         d’hommes de bonne volonté,  religieux et hauts fonctionnaires,     cette équipe  de « missionnaires » est allée à la  rencontre  des forces  politique  et de la population,rendant  ainsi possible    la  signature  des   accords de Matignon  par les indépendantistes et les anti-indépendantistes.

Christian Blanc rappelle des moments forts , parfois tragiques, des relations humaines intenses et les paroles de Tjibaou qui déclara: »  Quand on se coupe le doigt,la couleur du sang est toujours rouge,  quelle que soit la couleur de la peau.C’est ce qui donne à l’ humanité l’unité et la fraternité des hommes sur terre… »

programme de la journée