Grec Biblique du 10/02/2019

image podcast

programme de la journée

Cours 9. Matth XIII v 14 fin à 17 : Jésus et ses disciples parlent-ils pour n’être pas compris ? Dieu a-t-il « peur » (« mè » et le subjonctif) de guérir ? A quoi bon prêcher sur les places si seuls ceux qui sont déjà initiés peuvent entendre ?

  • d’abord, de quelle « compréhension » (grec « syn-hièmi ») parle-t-on ? Il existe en grec plein de mots pour dire le processus de compréhension. Synhiémi (= envoyer ensemble) désigne une mise en relation avec. Avec qui ou quoi ?
  • avec la personne et l’oeuvre de Jésus de Nazareth, « clé de déchiffrement » assez évidente des paraboles. L’ésotérisme prétendu est en fait transparent, mais à une condition : connaître et recevoir Jésus le Christ. En cela va consister « l’initiation » dont les « mystères » nous ont parlé (voir le cours numéro 8).
  • avec l’Ancien Testament : quelle utilisation est-elle faite de l’Ancien Testament (voir aussi ce qui a été dit dans les cours précédents à propos de la citation d’Esaïe dans la conversion de l’eunuque éthiopien) ? Une « grille de lecture ».
  • Dieu a-t-il peur (« mè ») de guérir son peuple ?
  • enfin, Dieu peut-il rejeter son peuple, son alliance ? Nous verrons dans le prochain cours le problème de la place d’Israël (de « l’endurcissement de son coeur ») dans cette mini-apocalypse de Matthieu et la différence significative avec la pensée (pourtant en principe antérieure chronologiquement) de Paul sur le même sujet.