Grec Biblique du 28/06/2020

programme de la journée

Cours 18 du 28 juin 2020 : suite de l’étude de cette parabole qui devient de plus en plus mythologique. Un parallélisme certain (malgré de menues différences) entre les deux destins et les deux parties du texte impliquant, de façon un peu choquante pour notre rationalité moderne, une espèce de contrepoids immanent et automatique entre le sort ici-bas et celui dans l’au-delà, comme si, dans une logique très « orientale », déjà relayée par Platon, le bien et le mal devaient au final s’équilibrer pour chacun et dans le monde. L’appel à la pitié d’Abraham (pas de Lazare, sic …) pourrait faire dériver le texte vers une problématique de jugement et de pardon que le texte évacue complètement : même Abraham ne peut rien contre cette loi immanente. Le sens de tout cela ? Dans la leçon du texte … la prochaine fois.