La Valeur de l’Homme du 07/11/2020

programme de la journée

Clint Eastwood, une ambiguïté héroïque

Emmanuel Taïeb reçoit le sociologue  Jean-Louis Fabiani, auteur de Clint Eastwood (La Découverte, 2020).

L’œuvre de Clint Eastwood a longtemps échappé aux assignations esthétiques et politiques généralisantes. Jugé réalisateur et acteur mineur à ses débuts, ou policier « fasciste » dans la série des Dirty Harry, il va, au fil de sa carrière exceptionnelle, être consacré comme « auteur » par la critique, et incarner l’Amérique post-raciale et la déconstruction du masculinisme traditionnel d’Hollywood. Tout cela sans que l’homme Clint Eastwood ne semble changer d’un iota, toujours libertarien et supporter du Parti républicain.

Par quel tour de force le cinéma de Clint Eastwood peut-il provoquer tant de lectures contraires ? La réponse tient dans l’analyse sociologique de ses ambiguïtés que propose Jean-Louis Fabiani. Il faut ainsi rappeler sa volonté d’indépendance, qui l’a conduit à faire le pari d’aller tourner en Italie des western spaghetti, parce que sa carrière d’acteur ne décollait pas, à monter sa propre société de production, Malpaso, qui lui assure un contrôle quasi total de ses films, et bien sûr à se lancer tardivement dans la réalisation.

Cinéaste du récit, qui n’entend pas révolutionner les formes de la mise en scène, Clint Eastwood propose à l’Amérique un miroir inédit, où les questions du genre et de la race sont en même temps convoquées et congédiées. Le monde social de ses films est bien celui d’aujourd’hui, mais les personnages incarnés par Eastwood le regardent avec une ironie critique, et dans le refus de toute idéologie. Le propos d’Eastwood n’est ni masculiniste ni féministe, ni racialiste ni post-racial. Tout se joue ailleurs, dans le triomphe de la morale, de l’amitié, de la transmission, souvent dans la dénonciation de la violence, laissant ouvertes toutes les interprétations sur son cinéma.

64e émission

galerie photos