Onde de docs du 12/10/2019

image podcast

programme de la journée

Dans « Ondes de docs », Willy Persello reçoit Anne Consigny pour Je prends ta peine, au cinéma le 30 octobre et Gérard Mordillat et Bertrand Rothé, pour la série Travail, salaire, profit, diffusée sur Arte le 15 octobre, accessible sur Arte TV jusqu’au 14 décembre et en DVD.

Projet de grande ampleur et film intimiste se côtoieront dans “Onde de docs” aujourd’hui. La comédienne Anne Consigny nous présentera son premier documentaire, Je prends ta peine, en salles à Paris le 30 octobre. Elle y raconte la lutte contre la maladie de Narine, une jeune Arménienne venue à Paris pour se faire soigner. Du surgissement de la maladie et de la mort dans son quotidien d’actrice, elle fait un journal filmé simple et émouvant.

Après la série Corpus Christi, coréalisée avec Jérôme Prieur, Gérard Mordillat, ici avec Bertrand Rothé, s’attaque à une autre religion, celle de l’économie. Dans Travail, salaire, profit, ils interrogent 21 chercheurs du monde entier, sur six mots et concepts clés qui définissent et font l’économie aujourd’hui. Cette série de 6 fois 52 minutes qui montre avec beaucoup d’intelligence la pensée en mouvement sera partiellement diffusée sur Arte le 15 octobre et disponible en rediffusion sur Arte TV et en DVD. Gérard Mordillat et Bertrand Rothé seront nos invités en deuxième partie d’émission.

Dans les sorties au cinéma, il sera question de la jeunesse, de la folie et d’un grand chanteur français. Sans oublier les prochains rendez-vous du documentaire à ne pas manquer.

Grande comédienne discrète, Anne Consigny arpente plateaux de cinéma, de fictions télévisées et scènes de théâtre. On se souvient d’elle dans le très beau Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé et dans Savannah bay, la pièce de Marguerite Duras, qu’elle interpréta avec Emmanuelle Riva en 2014.

Dans Je prends ta peine, en salle à Paris au Saint André des Arts le 30 octobre et sur une plateforme de VOD ensuite, elle filme le surgissement dans sa vie de Narine et Susanna, une mère et sa fille, venue d’Arménie pour tenter de soigner un cancer foudroyant qui touche Narine la fille, âgée de 26 ans. La comédienne les reçoit chez elle pendant cette période. Journal intime des cinq mois de ce combat jusqu’à son issue dramatique, ce film côtoie le personnel et l’universel, le quotidien, la maladie et la mort.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=z8ttwTeYOXo

Séances à 13h, du 30 octobre au 11 novembre, tous les jours sauf le mardi 5 novembre. Dernières séances les mardis 19 et 26 novembre. CINÉMA LE SAINT ANDRÉ DES ARTS – 30, rue Saint André des Arts – 75006 Paris (M Saint-Michel / Odéon)

Toutes les séances ont lieu en présence de la réalisatrice Anne Consigny à l’issue de chaque projection, accompagnée par des personnalités :

JEUDI 31 OCTOBRE – Dominique Besnehard : « Film bouleversant, pudique et violent. »

VENDREDI 1ER NOVEMBRE – Philippe Le Guay : « Une plongée au cœur de l’Arménie. Saisissant. »

SAMEDI 2 NOVEMBRE – Équipe du film et Susanna Martirosyan

DIMANCHE 3 NOVEMBRE – Arnaud Despléchin : « J’aime beaucoup tout de ce film. »

LUNDI 4 NOVEMBRE – Valérie Donzelli : « Bouleversée de rencontrer cette famille. »

MERCREDI 6 NOVEMBRE – Marion Stalens : « Magnifiquement écrit. »

JEUDI 7 NOVEMBRE – Stéphane Brizé : « Une pure merveille. Quand les images et les mots ont la grâce. »

MARDI 26 NOVEMBRE – Thierry Frémaux

 

Les sorties au cinéma

Parmi les nouveautés au cinéma, nous vous recommandons chaleureusement trois films.

 

Toujours en salles, Le Regard de Charles, de Marc Di Domenico. Toute sa vie, depuis sa première caméra que lui offrit Edith Piaf, Charles Aznavour a filmé : ses voyages, ses tournées, son quotidien. À partir de 40 heures de rushs, Marc di Domenico, ami du chanteur, bâtit un récit mettant en regard les images, les chansons et la vie d’Aznavour. Pendant les premières minutes, on a l’impression d’être convié à une séance de films de vacances qu’illustrent assez mécaniquement des chansons de l’artiste. Mais très vite, les mots de Charles Aznavour portés ici par la voix de Romain Duris nous plonge dans la vie et l’univers de Charles Aznavour, un homme qui n’oublia jamais l’émigré arménien et l’enfant pauvre qu’il fut, qui se remémore ses amours ratés et la perte inconsolable de son fils Pierre. Le film est très attachant et intéressera aussi bien les fans que les profanes.

 

https://www.youtube.com/watch?v=DDrYVTWLhyI

 

 

Dans Quelle Folie, en salles cette semaine, Diego Governatori suit son ami Aurélien, autiste, et tente d’éclairer par l’image, sa parole et le dialogue ce qui caractérise l’autisme, ses états, ses manifestations. Quelle folie constitue une plongée passionnante en autisme, depuis la prise de conscience par Aurélien de sa différence lors d’un jeu avec ses amis vers 11-12 ans, mais aussi la difficulté de rentrée en dialogue avec l’autre, la difficulté de dire, la violence subie, mais aussi celle qu’il porte en lui… Mais Quelle folie, c’est aussi un regard de cinéaste et une mise en image de l’autisme. La plongée au cœur des ferias de Pampelune où se déroule une partie du film, le taureau seul au milieu de la foule hostile est une sacrée mise en abime de ce handicap.

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Tl-AuEXkOvk

 

 

Le 23 octobre sortira Les Charbons ardents d’Hélène Milano. Ils ont entre 16 et 19 ans, ils vivent dans les Ardennes, dans le Midi de la France et en région parisienne. Ce sont des garçons qui suivent une filière professionnelle. Ils évoquent leur enfance, leur choix, leur regret. Il propose une réflexion sur la vie, le travail, l’argent, la masculinité, les rapports homme-femme, l’amour, la sexualité. S’ils sont emplis des codes hérités de leur famille, de leur éducation et des cités dans lesquelles ils vivent, ils tentent face caméra de tracer leur propre voie. Les Charbons ardents offre un beau portrait de jeunes d’aujourd’hui.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Y7ZCBE41aQ4

 

Les rendez-vous du documentaire

Un mot pour vous signaler la 9e édition du Festival Enfances dans le monde, le seul festival de documentaires consacré à l’enfance, qui se déroulera les 14 et 15 novembre prochain au cinéma Les 7 parnassiens à Paris. 9 films seront présentés, dont Demain est à nous de Gilles de Maistre et le bouleversant Rewind de Sacha Neulinger. Un prix des jeunes sera décerné au cours du festival. Plus d’infos sur : enfancesdanslemonde.com. On y reviendra dans l’émission.

Voici 20 ans que novembre est devenu le mois du documentaire. Pendant cette manifestation, plus de 3300 projections se dérouleront dans plus de 1500 lieux culturels, éducatifs et sociaux partout en France. Au programme, signalons 3 cinéastes en tournée, Laetitia Carton, réalisatrice du Grand bal, Stefano Savona, œil d’or à Cannes pour Samouni Road qui furent les invités de « Onde de docs », et Jean-Gabiel Périot, auteur de Nos défaites, actuellement au cinéma. Le programme complet est à retrouver sur www.moisdudoc.com

Gérard Mordillat et Bertrand Rothé pour Travail, salaire, profit, 

Après Il n’y a pas d’alternative qu’ils avaient écrit ensemble en 2011 pour montrer les limites et la fin du cycle de l’économie néo-libérale, Gérard Mordillat et Bertrand Rothé se retrouvent pour Travail, salaire, profit, diffusée sur Arte le 15 octobre, en rediffusion sur Arte TV et en DVD. Dans cette série de 6 fois 52 minutes, ils expliquent l’économie et son évolution au fil de l’histoire et jusqu’à aujourd’hui. Pour cela, ils interrogent face caméra 21 chercheurs du monde entier, économiste, historien, juriste, sociologue, anthropologue et philosophe. Ils proposent à chacun de décrypter les mots et concepts de travail, emploi, salaire, profit, capital et marché et comment ils ont évolué. Grand moment de pensée et de pédagogie, cette série exigeante est un outil précieux pour comprendre l’économie aujourd’hui et les discours qu’elle suscite. C’est brillant, fouillé, précis et accessible, même si le replay n’est pas un luxe.

https://www.youtube.com/watch?v=q6i5IQh1MgA

Travail, salaire, profit, de Gérard Mordillat et Bertrand Rothé est diffusée sur Arte le 15 octobre, disponible en rediffusion sur Arte TV jusqu’au 14 décembre et en DVD.

Notons que Gérard Mordillat et Bertrand Rothé font paraître simultanément un essai Les Lois du capital, coédité par Arte et Le Seuil. Très complémentaire de la série, il permet aux deux auteurs de donner leur lecture et leur point de vue sur les thèmes décryptés dans la série.

Gérard Mordillat et Bertrand Rothé