Thèmes et Variations du 24/10/2020

programme de la journée

Kol Nidré

Le Kol Nidré, prière du rite ashkénaze, est récitée ou chantée avant le coucher du soleil à la veille de Yom Kippour. La première transcription musicale fut faite par Ahron Beer, premier chantre de la synagogue de Berlin vers 1820.

Parmi les œuvres musicales les plus connues figure le Kol Nidré du compositeur allemand Max Bruch en 1880, destinée au concert : « Même si je suis protestant, j’ai profondément ressenti comme artiste la beauté exceptionnelle de cette mélodie et je l’ai donc volontiers diffusées à travers mon arrangement…».

Mais il en existe une version liturgique commandée à Arnold Schönberg par le Rabbin Jakob Sonderling pour les fêtes de Youm Kippour, le 4 octobre 1938 à la synagogue de Los Angeles. Partant de la prière traditionnelle, il observe toutefois qu ‘« il n’y a pas de mélodie en tant que telle, mais un certain nombre de mélismes » qu’il traite en cellules autonomes ; réponse à l’oeuvre trop romantique de Bruch et image de sa reconversion au judaïsme à Paris en 1933.

 

Traditionnel, Kol Nidrei, extrait de la bande originale du Chanteur de Jazz (1927)

Max Bruch, Kol Nidré
Truls Mørk, violoncelle ; Orchestre philharmonique de Radio France, dir. : Paavo Järvi
(Virgin Classics, 72435 45664-2, 2005)

Emile-Nikolaus von Reznicek, Variations symphoniques sur le Kol Nidré
Orchestre symphonique de la WDR, dir. : Michail Jurowsky
(CPO, 777 047-2, 2007)

Arnold Schönberg, Kol Nidré
BBC Singers ; Symphony Orchestra, dir. : Pierre Boulez
(Sony Classical, S2K 44571, 1989)