« Mes parents m’ont toujours donné beaucoup de force, avec l’idée qu’il faut toujours aider ceux qui sont dans le besoin.»

Date de publication : 15/09/2021

Auteure et photographe, Karine Sicard Bouvatier a organisé de 2018 à 2020 des rencontres entre les derniers témoins de la Shoah et des jeunes du même âge qu’eux à l’époque de leur déportation.

Consciente que la transmission de la mémoire des rescapés des camps de concentration s’impose aujourd’hui plus que jamais, elle a fixé  leurs échanges bouleversants dans un livre, Déportés, leur ultime transmission aux Éditions de la Martinière.

Fixées par des mots et des photos dans cet ouvrage, ces rencontres ont également été enregistrées. Karine Sicard Bouvatier en a confié à Fréquence Protestante la mise en onde.

Ainsi, chaque 1er et 3ème mercredi de chaque mois, à 22h00, vous retrouverez une voix. Les voix de ces femmes et de ces hommes qui tentent de se souvenir, qui tentent de décrire l’indicible.

Neuvième épisode ce soir avec le témoignage d’Isabelle Choko, déportée à 15 ans, en compagnie de Constance, 15 ans.

Au début de l’année 1940, Isabelle Choko, âgée de 11 ans, est envoyée avec ses parents au ghetto de Łódz, en Pologne, créé dès avril. Son père y meurt de faim et de maladie vers le mois de février 1942. Le ghetto ayant été liquidé en août 1944, Isabelle est déportée à 15 ans avec sa mère à Auschwitz et sélectionnée pour un commando de travaux forcés en Allemagne. Six mois plus tard, le camp est évacué et elles sont à nouveau déplacées à Bergen-Belsen, appelé à cette époque «camp de la mort», où sa mère décède. Isabelle, malade du typhus, est sauvée in extremis lors de la libération du camp le 15 avril 1945 par l’armée britannique, puis soignée en Suède pendant six mois. Elle arrive à Paris en 1946.

Déportés, leur ultime transmission, par Karine Sicard Bouvatier, 9ème numéro ce mercredi 15 septembre à 22h00 sur notre antenne (web et DAB+). Puis à retrouver en podcast.