La vie sexuelle ne s’arrête pas à 50 ans

Date de publication : 11/01/2021

Vieillir est un naufrage paraît-il… mais pour les femmes, la vieillesse commence tôt. Arrivée à la cinquantaine, après la ménopause, la société les rejette à la marge de la vie érotique et sentimentale. Elles ne sont plus désirables.
Pour se conformer aux attentes sociales, beaucoup s’interdisent alors de désirer.


Comment s’autoriser à continuer de vivre, d’aimer et de jouir, peut-être mieux même, passé un certain âge ?
La psychanalyste et psychosociologue Catherine Grangeard a écrit Il n’y a pas d’âge pour jouir (Larousse, 2020) pour aider les femmes (et les hommes) à s’émanciper de diktats iniques et pour s’autoriser enfin à jouir.

Histoires intimes, de Virginie Girod, en direct mardi 12 janvier à 21h, sur frequenceprotestante.com, puis disponible, ainsi que d’autres numéros, sur la page dédiée de l’émission.