novembre, 2022

This is a repeating event

14nov13h0013h15Actualité religieuse dans les médias13h00 - 13h15 Animateur: Castelnau Claudine Émission:Actualité religieuse dans les médias

Résumé de l'émission

Les articles et réflexions n’ont pas manqué ces dernières semaines en attente des résultats des élections de mi-mandat. Il faudra pourtant attendre jusqu’au 5 janvier pour  le dernier round : celui des sénatoriales où les candidats de Géorgie n’ont pas obtenu au premier tour les 50 % de voix nécessaires à leur élection. Une élection importante, le Sénat est la partie législative du gouvernement,  car du vote des sénateurs dépendent les lois proposées par le Président américain en matière de réforme de l’assurance santé, d’économie, de réchauffement climatique et autres.  En lice en Géorgie pour ce second tour, deux républicains et deux démocrates. Et en cas de victoire des démocrates, le Sénat actuellement aux mains de républicains basculerait du côté du président Biden. Deux hommes atypiques  : un juif libéral et un pasteur baptiste  se présentent, du côté démocrate. Jon Ossof, est le plus jeune membre du Sénat et le premier juif membre du Sénat depuis qu’en 1878 un juif avait représenté la Louisiane. Quant à Raphael Warnock , un pasteur baptiste noir de 51 ans l’hebdomadaire protestant Réforme https://www.reforme.net/monde/etats-unis/2020/12/21/raphael-warnock-le-pasteur-qui-pourrait-changer-le-sort-des-etats-unis/

 le qualifie de « figure de la gauche religieuse d’Atlanta . Il s’est lancé dans la course aux sénatoriales avec le rêve de transformer la Bible Belt en un nouveau bastion progressiste [la ceinture de la bible, une quinzaine d’Etats américains, en gros les Etats cessessionistes  du sud des États-Unis] sont d’un protestantisme fondamentaliste sur le plan théologique et très conservateurs sur le plan social. Un pari, transformer ces terres conservatrices en bastion progressiste qui aurait pu paraître fou il y a dix ans mais qui est aujourd’hui beaucoup plus atteignable, tant le paysage électoral s’est transformé en Géorgie ces dernières années : dans cet État dont un tiers des habitants sont noirs et près de 10 % d’origine hispanique, les minorités et les jeunes, jusqu’ici peu engagés politiquement, s’inscrivent désormais en masse sur les listes électorales, remontés contre les violences policières, les inégalités économiques et la montée du racisme ont vécu durant la présidence de Donald Trump. »

°°°°°°°°°°°°°°°°

Ces problèmes, Raphael Warnock, l’afro-américain qui a grandi à Savannah en Géorgie, dans un logement social avec onze frères et sœurs, les connaît bien. « Alors que mes parents étaient pasteurs, la police n’hésitait pas à nous arrêter arbitrairement dans la rue et à nous fouiller au corps puis à nous relâcher, sans aucune excuse » a-t-il raconté récemment lors d’un rassemblement électoral. Aujourd’hui, plusieurs décennies plus tard, les prisons américaines abritent à elles seules 25 % de la population carcérale du monde, dont nombre de Noirs. Il faut que cela cesse », estime le candidat, qui milite entre autres pour une réforme de la police et du système judiciaire. Enfin, « l’histoire de son frère Keith », condamné à de la prison à vie après avoir commis un délit non-violent lié à une affaire de drogue en 1997, « a fortement influencé son combat » dans le domaine de la justice, remarque un journaliste d’un quotidien d’Atlanta, la capitale de la Géorgie. « Pour gagner, Raphael Warnock et ses soutiens misent beaucoup sur son parcours religieux et sur son charisme de leader spirituel. […] Il faut ajouter que Raphael Warnock est pasteur de l’Eglise baptiste Ebenezer d‘Atlanta, dont Martin Luther King était le pasteur. Un atout supplémentaire qui lui permet de se revendiquer de l’héritage de Matin Luther King, ce qui est important pour l’électorat noir. « La candidature de Raphael Warnock illustre la force des Eglises afro-américaines aux Etats-Unis, souligne une pasteure et théologienne de la faculté de théologie de l’université Emory à Atlanta. « C’est une sacrée pression pour Raphael Warnock. Tout le pays a les yeux rivés sur nous en Géorgie », affirme-t-elle. Y compris ses adversaires républicains conservateurs qui l’accusent de « trahir les valeurs chrétiennes et patriotiques de l’Amérique », entre autres par ses positions en faveur de la liberté d’avorter ou encore ses propos anti-militaristes. Ces républicains qui en fait « ont peur de ces Eglises noires, lieux d’influence capables de menacer leur pouvoir », note la théologienne.  Si Jon Ossoff et Rapahael Warnock réussissaient à battre les républicains le 5 janvier, ils feraient basculer le Sénat dans le camp démocrate. « Un scénario rêvé pour Joe Biden qui craint aujourd’hui le pouvoir de blocage malfaisant des républicains contre ses propositions de gouvernance. Un scénario rêvé aussi pour la démocratie américaine.

°°°°°°°°°°°°°°°

Le Pew Research Center, un think tank américain indépendant qui fournit des statistiques et des informations sociales  a mené une enquête en octobre d’où il ressort que  « 45 % des Américains déclarent que les Etats-Unis devraient être une « nation chrétienne. » Mais ils divergent fortement sur la signification de « nation chrétienne » et 2/3 d’adultes américains déclarent que « les Eglises ne devraient pas faire de politique.» Et pourtant : le pasteur baptiste afro-américain Raphael Warnock n’est pas le premier leader religieux américain à se lancer en politique. Ainsi, rien qu’en 2020, six autres pasteurs ont été candidats au Congrès selon le Pew Research Center et si l’on n’a pas vraiment de comptes exacts depuis les débuts  de l’histoire politique américaine, du nombre de responsables religieux ayant siégé à la chambre des Représentants ou au Sénat, la totalité étaient chrétiens, tous quasiment protestants à l’exception de deux prêtres catholiques. Dès 1789, le premier Congrès américain comptait six pasteurs, dont un luthérien qui fut le premier président de la Chambre des représentants.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Un mot de ces Eglises africaines-américaines. comme celle du révérend Warnock. Après l’abolition de l’esclavage, les pratiques ségrégationnistes, tant dans le Nord que dans le Sud, découragent voire empêchent les Afro-Américains de pratiquer leur foi dans les mêmes églises que les Blancs. Les populations noires créent alors leurs propres congrégations distinctes de celles des Blancs. Ces nouvelles Eglises noires participent à l’émergence de pratiques de culte, culturellement distinctes de celles des autres Églises, notamment par l’osmose avec des traditions spirituelles venues d’Afrique. Les Églises sont dès lors au cœur de la vie des communautés noires, servant de lieux d’éducation pour les enfants, dans les premières années après la guerre de Sécession et  fournissant des

services sociaux aux plus démunis. Les Églises noires participent ainsi au renforcement des organismes communautaires et les dirigeants spirituels et politiques, y trouvent, comme Martin Luther King pendant le mouvement des droits civiques entre 1954 et 1978,  des militants et un soutien spirituel, matériel  et politique. « La Bible est brandie une fois encore comme un instrument de libération par les prédicateurs noirs. »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le samedi 12 novembre, la presse russe a mentionné  la prochaine création d’une nouvelle société militaire privée cette fois-ci rattachée à l’Eglise orthodoxe russe, celle que préside le Patriarche Kirill. « Un autre exemple d’instrumentalisation de plus en plus
forte de la religion orthodoxe par la propagande russe »,
relève le correspondant du site Yahoo. qui raconte : « Fondée en 2017 à Saint-Pétersbourg, l’organisation « Croix de Saint-André » n’était au départ qu’un « simple » centre d’entraînement
paramilitaire, encadré par des anciens des forces spéciales, et soutenu par l’Église orthodoxe russe. Mais ce 12 novembre, l’organisation Croix de Saint-André a annoncé vouloir former des « bataillons de volontaires » qui seront amenés à participer à la guerre en Ukraine.
 » Dans les faits, cela signifie la naissance de la
première société militaire privée religieuse de Russie. On peut s’en étonner, se scandaliser même de la place de plus en plus importante de l’Eglise orthodoxe russe dans la propagande de guerre de Poutine… Yahoo conclue que : « L’idée d’une « guerre de religion » contre des Ukrainiens qui, en plus d’être nazis, seraient également « satanistes », a longtemps été cantonnée aux marges les plus extrêmes du discours public en Russie. Mais ces dernières semaines, il s’est diffusé, puis imposé dans les médias grand public et dans les paroles de certains officiels comme l’ancien Premier ministre Dmitri Medvedev. » Une réponse de va-t-en guerre à l’appel lancé par les Eglises d’Ukraine il y a peu  lors d’une rencontre avec le Conseil œcuménique des Eglises. Un appel qui demandait aux dirigeants chrétiens du monde de les aider à « persuader la Russie […] de cesser les actes de génocide et de terreur […] et les « attaques barbares et cyniques » contre des zones résidentielles ukrainiennes attaques qui n’avaient aucune nécessité militaire et avaient fait des dizaines de civils tués et blessés, tout en détruisant des écoles, des hôpitaux, des centres de communication et des approvisionnements en électricité et en eau. » Les Eglises d’Ukraine demandaient au COE de rappeler aux dirigeants russes « la nécessité de respecter les droits de l’homme. » Le patrairche œcuménique orthodoxe Bartholomée 1er (que le patrairche russe considère comme son ival honni) a déclaré, dans une interview à la presse qu’il avait lancé de nombreux “appels passionnés et fraternels” au patriarche russe Kirill pour qu’il se distancie de la “politique de Moscou. » et de cesse de soutenir « des effusions de sang injustifiées  si nécessaire en démissionnant. » Réponse de KIrill : Lors d’un prêche le dimanche, a  assuré aux  troupes russes qu’elles étaient « protégées par la Vierge Marie et saint Séraphin de Sarov [pour vaincre les « forces du mal et ceux qui avaient pris les armes contre la Sainte Russie. Aujourd’hui, notre patrie connaît des épreuves alors certains pensent que certains pensent que le moment est venu où la Russie peut être supprimée, car elle présente une vision alternative du monde, de Dieu et de l’homme », a prêché le patriarche

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

 

 

 

 

 

Réécouter l'émission