novembre, 2022

05nov12h5513h00La mémoire du compromis12h55 - 13h00 Animateur: Gueno Jean-Pierre Émission:Le souffle du Diable et le soupir de Dieu

Résumé de l'émission

La mémoire du compromis.

Après le Covid, la France souffre d’un nouveau virus : celui du compromis. Parfois la novlangue politique crée des mots absurdes. Parfois la novlangue s’empare de mots qu’elle rend absurdes mais qui Dieu merci ont un ADN : traduire « étymologie » en bon français. Lorsque j’étais enfant, une expression à la fois horriblement triviale et effroyablement sexiste disait « Con promis chose due ». Certains l’attribuaient à Coluche.

Le mot compromis est déjà en lui-même une compromission lorsque le dictionnaire cherche à le définir : « Contrat par lequel deux personnes s’en rapportent au jugement d’un arbitre pour régler leur différend dans une affaire douteuse. » « On se résigne à un compromis ». Le mot est dit. Le compromis relève de la résignation. Il se résigne donc d’autant plus facilement. Le compromis a quasiment toujours lieu aux dépens de quelqu’un ou de quelque chose. Compromettre, c’est « promettre en même temps ». Nous y voilà. Posture de ponce Pilate. Archétype de la duplicité. Le compromis est toujours une défaite, ou une victoire à la Pyrrhus, c’est-à-dire une fausse victoire. On pourrait lui préférer des mots plus subtils et plus positifs, comme le mot « concession ». Mais le mot « compromis » pue le désengagement, la tiédeur, la renonciation, la compromission, la connotation négative.

Les synonymes de « compromettre » le confirment : « Abîmer, ternir, hasarder, diminuer, blesser, altérer, ébrécher, nuire, discréditer, mettre en péril, entacher… »

Les antonymes aussi : « affermir, assurer, garantir, justifier, renforcer, respecter. »

Tel est donc le mot, le comportement qui fait figure de modèle devant des individus déjà recroquevillés sur eux-mêmes, souvent frileux, souvent désengagés. Certains osent parler d’un « art du compromis ». Le mot ne relève pas de l’art mais du fléau, de la malédiction, de la calamité. Mais il est révélateur. Il est déjà, et il restera emblématique de l’année 2022. Il devrait figurer en bonne place dans les œuvres et dans les tableaux de Jeanne Bordeau, alias Jane Bee, qui relève chaque année depuis 15 ans « Les mots de l’année » triés en une dizaine de thèmes.

En 1940, l’appel du 18 juin refusait tout compromis. Angela Merkel disait un jour que « Quand il s’agit de dignité humaine, nous ne pouvons pas faire de compromis ».

En ces années 20, pour que l’avenir soit moins piteux, il serait bon que la génération des « twenties » refuse d’être celle des compromis mais reste celle des défis. Ou alors on pourrait dire en plagiant la chanson de Juliette Greco qui rêvait qu’on la déshabille : « Sachez me posséder, me consommer, me consumer. Compromettez-moi, Compromettez-moi ».

Jean-Pierre Guéno

Réécouter l'émission